Intégration de procédés durables au sein des pme : les facteurs de succès! | Actualités
Arriere-plan

Intégration de procédés durables au sein des pme : les facteurs de succès!

AccueilActualitésIntégration de procédés durables au sein des pme : les facteurs de succès!
Intégration de procédés durables au sein des pme : les facteurs de succès!

Qu’est-ce qu’un procédé durable? Comment utiliser les technologies propres et les principes d’analyse du cycle de vie pour innover et améliorer la rentabilité des entreprises? Comment faire les bons choix? Quelles en seront les retombées?

C’est autour de ces thématiques qu’étaient organisées les conférences présentées dans le cadre de l’événement Chimie verte et procédés durables qui avait lieu à l’Hôtel Mortagne de Boucherville en octobre dernier. Organisé par le Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTÉI) et ses partenaires à l’occasion de la venue au Québec de collègues français, l’objectif de la journée était de mettre en relation des experts de la chimie verte et des entreprises. Avec plus de 60 participants de différents horizons, cet objectif a été grandement atteint.

Après une conférence enlevante sur les perspectives de la chimie verte, une série de présentations en formule libre et pecha kucha a permis entre autres aux participants de se mettre à jour sur les dernières technologies de traitement membranaire, de valorisation de résidus industriels, de développement d’emballages innovants et sur les outils permettant de mieux évaluer le degré de « durabilité » de produits ou technologies. Deux entreprises, Magnus et Dyne-a-pak, œuvrant respectivement dans les domaines de la fabrication de produits chimiques et d’emballages alimentaires, ont accepté de partager leur expérience avec les participants dans le cadre d’une table ronde sur les défis et opportunités associés à l’appropriation des technologies propres par les entreprises. Aux dires de ces intervenants, une culture d’entreprise ouverte et axée sur l’innovation reste un élément déterminant pour initier avec succès de telles démarches. L’indépendance financière de plus petites entreprises non cotées en bourses favoriserait la prise rapide de décisions, la tolérance à un plus haut niveau de risque, et accélérerait la mise en place d’initiatives nouvelles. Après tout, il est question de développer de nouveaux marchés, d’anticiper les besoins des clients et de sortir des sentiers battus!

Un travail d’équipe est essentiel afin d’impliquer tous les services et départements touchés par le projet. Une fois la direction et l’équipe convaincues du bien fondé d’un changement de pratique ou de technologie, reste à accompagner le client dans les répercussions sur ses propres façons de faire. Pour cela, documenter les avantages et savoir les démontrer, chiffres à l’appui, demeure une approche gagnante.

Pour en savoir plus : 

  • Claude MAHEUX-PICARD, Directrice technique, CTTÉI : claude.maheuxpicard@cegepst.qc.ca
  • Béatrice RUIZ, Chargée de mission, Pôle de compétitivité Trimatec : beatrice.ruiz@pole-trimatec.fr

Consulter le programme de l’événement ICI 

logo