Symbiose industrielle : des affinités avec les coops | Actualités
Arriere-plan

Symbiose industrielle : des affinités avec les coops

AccueilActualitésSymbiose industrielle : des affinités avec les coops
Symbiose industrielle : des affinités avec les coops

Au Québec, les coopératives et mutuelles représentent 3 300 entreprises, 92 000 emplois et plus de 25 milliards de chiffre d’affaires. Les coopératives présentent aussi un taux de survie nettement plus élevé que les entreprises traditionnelles, dont 60 % sont situés en région. Dans un contexte de rigueur, ces données méritent qu’on s’intéresse davantage au mouvement coopératif.

Au Québec, selon la Loi sur les coopératives, une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels communs et qui, en vue de les satisfaire, s’associent pour exploiter une entreprise conformément aux règles d’action coopérative. Dans cette forme juridique, la responsabilité des membres est limitée au montant de leur souscription en capital social et ils ne sont pas personnellement responsables des dettes de la coopérative. C’est aussi une personne, un vote.

La formule coopérative est flexible selon le type de projets : coop de travail, coop de consommateurs, coop de travailleurs actionnaire, coop de solidarité. La « coopérative de  producteurs » regroupe elle des entreprises et des travailleurs autonomes qui cherchent à se doter de services ou de produits le moins cher possible et de la meilleure qualité possible, par exemple par l’achat ou la vente de produits et de services en communs. C’est le cas par exemple de la Coop Fédérée et des 330 coopératives de producteurs au Québec.   Comment le modèle coopératif peut-il intégrer celui des symbioses industrielles? Les symbioses présentent des affinités naturelles avec celui des coopératives. Sans le savoir, nombre de coopératives mettent déjà en pratique des concepts d’écologie industrielle en optimisant l’utilisation des flux de matières et d’énergie. C’est notamment le cas dans certaines coopératives agricoles qui offrent des achats groupés de grains ou d’autres produits de la ferme. Par exemple, pour pousser le concept encore plus loin, des microbrasseries pourraient développer ensemble une solution pour la gestion écologique de leurs sous-produits apparentés et en faire une source de revenus. Une Association de dentistes pourrait aussi mettre en place une filière de récupération des gants de latex et nitrile pour réduire leurs déchets et leur empreinte environnementale.

Les symbioses industrielles laissent entrevoir des perspectives de mutualisation, tant pour les approvisionnements, que pour le traitement ou la disposition des résidus. Des entreprises distinctes profitent d’économie d’échelle en achetant ensemble une grande quantité de matériel informatique ou encore négocient en groupe un contrat de collecte des matières dangereuses résiduelles dans un parc industriel… Ces exemples témoignent de la tendance de l’entreprise à saisir la bonne occasion! Les organisations qui participent aux démarches de symbioses industrielles sont déjà sensibilisées aux gains potentiels. Tout en cherchant à augmenter leur performance économique, environnementale et sociale, les synergies de ressources et de services peuvent resserrer et diversifier le tissu industriel d’un territoire.

La clé de ces initiatives reste la collaboration, le partage des responsabilités et des retombées, des facteurs de succès autant dans les projets d’écologie industrielle que dans une coopérative. Bien que toutes les formes de coopération ne mènent pas nécessairement à une coopérative, l’engagement et l’intérêt des membres ainsi que la force du réseau peuvent augmenter considérablement les gains dans une démarche de symbiose industrielle. Intéressé par l’expérience?

Pour en savoir plus  

Édith Tessier-Roy

Conseillère en développement durable 104, rue Saint-Jacques Saint-Jacques (Québec)  J0K 2R0 Téléphone : 450 365-9218 poste 4

ddurable@lanaudiere-economique.org

Fédération des coopératives de développement régional
http://fcdrq.coop

Merci à Evan Murray, M. Adm.,
Directeur général de la Coopérative de développement régional (CDR) Lanaudière pour son aide précieuse.