Symbiose industrielle : un modèle durable? | Actualités
Arriere-plan

Symbiose industrielle : un modèle durable?

AccueilActualitésSymbiose industrielle : un modèle durable?
Symbiose industrielle : un modèle durable?

Du 28 au 30 octobre dernier avait lieu le congrès annuel du Réseau entreprises et développement durable (REDD). Julien Beaulieu, étudiant en génie chimique et collaborateur du Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTÉI), a présenté son projet de maîtrise portant sur la « Classification des projets de symbiose industrielle ». Le colloque du REDD a également donné l’occasion d’expliquer aux PME et chercheurs présents comment la symbiose industrielle peut répondre aux besoins du développement durable.

Étudier les projets de symbioses

Dans la dernière année, Julien Beaulieu a analysé les informations de plus de 300 projets potentiels d’échange de matières. Ces projets, dont plus de 31 ont été mis en place, proviennent des symbioses du réseau de Lanaudière et de Bécancour. Le jeune chercheur cherchait principalement à comprendre comment ces projets concrétisés se différenciaient des autres étant toujours au stade de l’analyse. Une analyse statistique rigoureuse de ces synergies a permis de discerner des facteurs de succès expliquant la réussite de ces initiatives. Les recherches tendent à démontrer l’importance des recycleurs, récupérateurs et autres spécialistes des matières dans la croissance des réseaux de symbiose. Également, la taille de l’entreprise ou des flux de matières ne semblent pas avoir d’influence sur la concrétisation des synergies : autrement dit, tant les PMEs que les grandes entreprises ont la capacité de réaliser des échanges de matières résiduelles, à l’échelle qui leur est adaptée.

De la connaissance à l’amélioration continue

Les modèles développés permettront aux animateurs des symbioses industrielles d’améliorer le processus de création des synergies et de mieux accompagner les entreprises dans la réalisation de celles-ci. Inversement, de nouvelles synergies implantées permettront d’améliorer les outils d’analyse, dans un processus d’amélioration continu. Finalement, la symbiose reste un moyen permettant plus de durabilité sur un territoire.

Auteur : Julien Beaulieu, 29 octobre 2015